Il existe deux manières de coudre le cuir :

  • la « piqûre » à la machine pour les pièces réalisées en maroquinerie ;
  • la « couture en point sellier » pour les pièces réalisées en sellerie. Utilisée dans la sellerie et le harnachement, cette technique donne à la couture une solidité avec laquelle une machine à coudre ne peut pas rivaliser.

     Pour réaliser une couture sellier, le sellier-maroquinier aura besoin de plusieurs outils :

  • Deux aiguilles à bout rond ;
  • Du fil de lin poissé à la cire d’abeille ;
  • Un compas à pointe sèche qui lui permettra de tracer une ligne parallèle sur le cuir, en suivant les bords de sa pièce ;
  • Une griffe à frapper ou une griffe à roulette qui lui permettra de pré-marquer les points sur la ligne tracée au compas ;
  • Une pince à coudre : maintenue entre les jambes en position assise, elle tient la pièce de cuir, permettant au sellier-maroquinier d’avoir les mains libres pour coudre ;
  • Une alêne losangique: elle perce entièrement les trous pré-marqués par la griffe à frapper ; sa lame en forme losangique perce le cuir et donne l’inclinaison aux points ;
  • Une alêne ronde pour les points double, en début et en fin de couture ; sa lame non tranchante lui permet de repasser dans le trou sans couper le fil.

     La technique

Les deux aiguilles sont enfilées chacune à l’extrémité du même fil. Puis d’une fois sur l’autre, le sellier-maroquinier va faire passer un fil dessus et un fil dessous, en laçant le fil. De cette manière, un nœud va se former dans l’épaisseur du cuir et garantir la solidité de la couture.

Il en résulte un point régulier et incliné très reconnaissable par rapport à une couture machine.

Ce travail demande beaucoup de concentration et d’heures de pratique pour se sentir à l’aise et pouvoir coudre sur n’importe quel cuir. Selon les épaisseurs de cuir et les pièces réalisées, il faudra veiller à plus ou moins serrer son point, à renforcer son cuir au préalable, si nécessaire, etc. Chaque peau réagit différemment et, pour une même pièce, si le cuir est différent, le sellier-maroquinier devra adapter sa technique. C’est pourquoi il est indispensable de faire des tests avant de se lancer sur son produit.